A propos de la collaboration increvable du parti socialiste avec l’extrême-droite turque

LETTRE OUVERTE

Monsieur Rudi Vervoort 

Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale

Rue Ducale, 7-9, 1000 Bruxelles

Genval, le 12 septembre 2019
Monsieur le Ministre-Président, 

Dans un entretien publié ce jour dans « La Libre Belgique », vous nous donnez enfin une bonne nouvelle tant attendue depuis de longues années : « Le PS bruxellois, dites-vous, doit clarifier sa position sur la laïcité. C’est un dossier crucial sur lequel les futurs candidats à la présidence de la Fédération (bruxelloise, Ndlr) devront être clairs. » En attendant, il faut reconnaître que votre proposition a le mérite d’être vraiment claire. 

Mais, moi, je voudrais savoir ce que vous pensez, Monsieur le Ministre-Président, concernant la collaboration increvable du parti socialiste, en général, et du parti socialiste bruxellois, en particulier, avec les deux principales organisations turques d’extrême droite dites « conservatrices », « populistes », « islamistes » ou « islamo-conservatrices », mais qui sont en fait, disons, fascisantes pour être gentil. 

Ne croyez-vous pas, Monsieur le Ministre-Président, que ce vieux dossier de collaboration « normalisée » depuis 1990 pour des raisons purement électorales, est au moins aussi crucial, à présent, que le dossier de la laïcité, et sur lequel les futurs candidats à la présidence de la Fédération devront enfin être clairs ? Stop ou encore ?

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre-Président, à la sincérité de mon inquiétude au regard de la souffrance mortelle infligée à ce mot «socialiste » par ses « camarades parvenus » peu soucieux des gens, dits « électeurs », enfermés dans des ghettos où l’ignorance et la crédulité maintiennent la soumission.

Mustafa Uner Sari

Citoyen ordinaire.

Publicités

LA JUSTICE EUROPÉENNE !

lesreynders

L’oubli est une illusion. Il est l’autre face du mensonge. Ce qui nous saute à la figure à chaque lever du soleil, ce n’est pas l’oubli, mais c’est son impossibilité : notre soif de connaitre la vérité et de voir la justice rendue.

Ce fut le cas encore ce matin quand j’ai appris que le très célèbre homme politique belge, Monsieur Didier Reynders, était désigné commissaire européen à la Justice. Et depuis ce matin, je prie pour que Madame Danièle Reynders, la célèbre ex-Juge d’instruction liégeoise, ne soit pas désignée « cheffe du cabinet » ou « collaboratrice » de Monsieur le commissaire.

Je prie parce qu’il était un fois Monsieur l’homme politique liégeois Didier Reynders (MR)  ami intime du feu Monsieur Jacky Morael liégeois (ECOLO). A la même époque, était confié à Madame la juge Danièle Reynders l’instruction de deux plaintes pénales que j’avais déposées à charges d’un certain nombre de personnes bénéficiant de la loi d’impunité, dont des mandataires et parlementaires ECOLO.

En refusant illégalement de mener l’enquête durant plus de deux ans et en violant toutes les lois mais en n’agissant jamais sans prendre pour guide la loi, c’est bien cette juge d’instruction exceptionnelle, Madame Danièle Reynders, qui a réussi à soustraire à la justice des actes délictueux dénoncés par mes plaintes et en protéger les auteurs. Et cela en agissant évidemment en collaboration étroite avec Madame Anne Thily (PS) et Monsieur Cédric Visart de Bocarmé (PSC), Procureur Généraux près la Cour d’appel de Liège, et prenant en otage les juridictions de contrôle des actes d’instruction.

Pour le dire avec les termes de Madame la Juge, ces deux plaintes concernaient : « Des magistrats : Madame A. THILY, Madame A. SPRIESTERBACH, Monsieur P. WILMART, Monsieur SCHOLTES, Madame SCHAAPS, un sieur DETAILLE à mieux identifier. Des mandataires politiques : Monsieur José DARAS, Monsieur Thierry DETIENNE, Madame Muriel GERKENS, Monsieur Bernard WESPHAEL. Des commissaires adjoints de la police de Liège : Messieurs JAMART et MOHR, Avocat de Louis GENET. Des Médecins Philippe DUTILLEUX et Emmanuel PINTO. »

In fine, j’ai considéré que les agissements hors-la-loi de Madame la Juge et de ces partenaires étaient normaux parce que je savais que corrompu se dit de quelqu’un qui est engagé ou qui s’engage notamment par la promesse, la solidarité, la soumission ou des dons à agir ou à faire agir un tiers contre son devoir et surtout sa conscience.

Que Dieu protège la Justice européenne.

Mustafa Uner Sari.

 

 

A L’OMBRE DES MENSONGES SYSTÉMIQUES QUI NOUS GOUVERNENT, LA GUERRE D’INFLUENCE PERMANENTE SUR L’ISLAM EN BELGIQUE

Lettre ouverte à

Monsieur Charles Michel, Premier Ministre,
Monsieur Koen Geens, Ministre de la Justice,
Madame Valérie De Bue, Ministre Wallonne des Pouvoir Locaux,
Monsieur Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Enseignement Supérieur F.W.B,
Madame Julie Chantry, Bourgmestre d’Ottignies-Louvain-La-Neuve,
Monsieur Vincent Blondel, Recteur de l’Université Catholique de Louvain

POINT FINAL – ANASS

Invitation à la lecture d’une information

 

Je vous invite à lire l’information ci-dessous à la lumière du fait suivant : l’Exécutif des Musulmans de Belgique est un organe « semi-officiel » représentant l’islam auprès de l’Etat belge. Son président et ses deux vice-présidents ont été récemment désignés derrière les rideaux par Monsieur Koen Geens, le Ministre de la Justice (CD&V). Monsieur Mehmet Ustun est le Président de cet exécutif au sein duquel il représente (semi officiellement !!) la Fédération islamique de Belgique, la filiale belge du mouvement islamo-turc d’extrême droite Milli-Görüş.

———
Information

« Le Selam College, une école « islamique » qui prévoyait d’ouvrir ses portes à la rentrée, n’a pas reçu de reconnaissance provisoire. Ainsi en a décidé vendredi la ministre flamande de l’Enseignement Hilde Crevits (CD&V) sur la base d’un avis de l’inspection de l’enseignement et d’une proposition de l’administration compétente en la matière.

L’arrivée de cette école a suscité la polémique ces derniers mois à Genk. La Fédération islamique de Belgique, liée au mouvement islamo-turc Milli-Görüş, souhaite y créer un établissement islamique. Un projet qui avait rapidement suscité l’opposition, entre autres, de la N-VA et du Vlaams Belang.

A la demande de l’inspection de l’enseignement, la Sûreté de l’Etat a mené une enquête sur Lectio, l’ASBL qui a introduit la demande de reconnaissance pour l’école. L’inspection a ensuite soumis un avis à la ministre Crevits. Il en ressort que l’école ne remplit pas un certain nombre de conditions de reconnaissance. Les établissements scolaires doivent par exemple respecter la Constitution belge et les traités internationaux, en particulier ceux relatifs aux droits de l’Homme et de l’Enfant.

« Le rapport de l’inspection de l’enseignement stipule que la demande du Collège Selam ne satisfait pas à cette condition. L’inspection est parvenue à cette conclusion sur la base d’un avis obtenu de la Sûreté de l’Etat. L’Agence des services de l’enseignement constate également que la reconnaissance ne peut être autorisée « , a justifié la ministre Crevits ( L’école « islamique » de Genk ne reçoit pas de reconnaissance provisoire, ‘Le Vif.be’, le 30/08/19).
———–

C’est vous qui voyez !

 

https://www.7sur7.be/belgique/pas-de-reconnaissance-pour-l-ecole-islamique-de-genk~ab708472/

Une demande adressée aux partis socialiste et écolo concernant l’utilisation de l’ « islam-instrument » à des fins éléctorales

Monsieur le Président,
Hier, le 28 août courant, j’ai envoyé le message suivant aux co-Présidents du parti Ecolo: Croyez-vous, leur disais-je, que l’on puise oser vous prier respectueusement que vous fassiez savoir – dés le premier jour de votre prise de fonction et à la Belgique entière et au monde entier – que le parti politique Ecolo n’utilisera plus jamais « l’islam-instrument » à des fins notamment électorales pour aider les musulmans de Belgique à « sortir de la religion ».
A votre tour,
Croyez-vous que l’on puise oser vous prier respectueusement, Monsieur le Président, que vous fassiez savoir – en même temps que le parti Ecolo et à la Belgique entière et au monde entier – que le parti Socialiste non plus n’utilisera plus jamais « l’islam-instrument » à des fins notamment électorales pour aider les musulmans de Belgique à « sortir de la religion », même si, je tiens à le préciser, je peux comprendre qu’il soit triste et douloureux pour le parti socialiste de mettre un terme, dans ce domaine au moins,  à une vielle, étroite et increvable collaboration avec, entre autres, les deux organisations turques d’extrême droite.

 

N.B. : A ce propos, vous n’ignorez certainement pas la lutte que j’ai menée durant plus de quatre ans contre les agissements de Monsieur Jean-Claude Marcourt visant à obtenir « le soutien appuyé des autorités marocaines et l’institutionnel religieux », dont Le Vif/ L’Express parlait récemment », mieux vaut tard que jamais (Voir la lettre ci-jointe.) Et la dernière référence du dossier traité par Monsieur Marcourt est : 2019/JCM/TP/VB/mb.
Dans l’attente de vous lire dans les meilleures délais,
Bien cordialement.
Mustafa Uner Sari
Citoyen ordinaire.

A propos d’une interpellation injurieuse et insultante

AnassTigra (1)

Hier, le 20 août 2019, un professeur m’a téléphoné pour m’entretenir de la lettre
que j’ai adressée le 12 août courant à Monsieur Louis Michel, Premier Ministre. Il
souhaitait que son intervention reste entre nous et voulait savoir ce que je reproche
réellement au Cheik Anass Tigras, imam de la mosquée du Centre islamique et Culturel
d’Ottignies-Louvain-La-Neuve. Il se demandait si ce n’est pas moi qui suis bien plus
dangereux et manipulateur que Cheik en question. J’étais dans la rue. Je lui ai promis
calmement de répondre à sa question publiquement tout en gardant son anonymat.

Voici ma réponse:

Réponse à un anonyme

Réponse publique à Monsieur Anass Tigra, imam de la mosquée de Louvain-La-Neuve

Concerne : Ma lettre ouverte du 12 août et votre message du 14 août courant

Le 14 août 2019, je vous ai transmis la copie d’une lettre – concernant l’histoire belge de l’« islam-instrument » – que j’avais adressée le 12 août à Monsieur Charles Michel, Premier Ministre. Et le même jour, vous m’avez envoyé trois messages : le premier est « blablabla » ; le deuxième « si vous envoyez une lettre à l’ONU, ne me prévenez pas. J’en ai absolument que faire. Merci » ; le troisième  « Juste pour vous donner des idées ! N’oubliez pas d’envoyer une tartine à lire à la commission européenne, au conseil de l’union européenne, au parlement européen, à la banque centrale européenne, au FMI, au Juncker (sic), à Sarkozy, à Lepen (sic). » 

Je ne vous ai pas répondu tout de suite parce que j’ai estimé que votre troisième message méritait une suite bien réfléchie. In fine, j’ai trouvé votre idée géniale ; elle m’a permis – dans « la tartine » imaginaire que j’ai envoyée à Madame Le Pen ce 16 août – de soulever le danger potentiel que vous représentez à bien des égards, et ce au-delà de la révision de l’histoire belge de l’« islam-instrument ». J’ai soulevé ledit danger dans la « tartine » par une question que j’ai posée à Madame Le Pen. 

Vous êtes une femme politique bien placée, lui ai-je dit, pour savoir que tout État fasciste est autoritaire, policier et arbitraire ; celles et ceux qui y détiennent le pouvoir croient être investis d’une mission d’inspiration quasi divine. Alors, pourrait-il, selon vous, être un fidèle et loyal serviteur de cet Etat un homme comme Cheik Anass Tigra, Imam de la mosquée de Louvain-La-Neuve : il croit que non seulement son Autorité  scientifique (religieuse) s’inspirerait d’une source quasi divine mais aussi que ses aptitudes « théologiques » auraient été évaluées non pas par « une formation universitaire négligente pour l’accompagnage ou le stage », mais par « un système islamique de certification s’inspirant directement de la révélation »? (Voir votre livre, « A la recherche de l’islam perdu », pages 92-94.)

Si Madame Le Pen me répond, je ne manquerai pas de vous prévenir. Mais d’ores et déjà, je suis persuadé qu’elle voudrait vous recruter comme conseiller religieux pour combattre le « radicalisme » en France. Quant à moi, je continue de prier à chaque lever du soleil : Mon Dieu protégez-nous de ceux qui nous veulent du Bien et souvenez-vous du Bien que les bien-pensants ont voulu pour nous tout au long de l’Histoire.  

Espérant être compris, je reste à votre entière disposition pour répondre non pas à vos commentaires divertissants mais à vos questions légitimes quant au fond du sujet.

Mustafa Uner Sari